ORSAY...

Publié le par Laurence

Retour vers LE FUTUR...donc retour À LA CULTURE ! Depuis que j'ai entendu Frédéric Mitterand vendredi sur France-Inter, avec l'immense plaisir de savoir que c'était LA DERNIÈRE FOIS que j'entendais le plus piètre ministre de la culture de la 5e république, je me suis sentie plus légère. Aujourd'hui, j'ai donc eu envie d'aller fêter la fin de l'ére Sarkozy au Musée D'ORSAY. Un dimanche, décider vers 13h d'aller voir l' exposition des NUS de DEGAS à Orsay ne semblait pas très réaliste, il y avait toutes les chances de tomber dans une interminable file d'attente...Mais, les dieux de la peinture et de l'art étaient avec moi, je suis rentrée dans le musée avec une facilité insolente. Le seuil à peine franchi, je ne sais déjà plus si je viens pour voir DEGAS, le lieu mythique en lui-même ou bien toutes les collections merveilleuses qu'il abrite. Avant de sombrer dans un abime boulimique, je rentre par prudence dans la partie DEGAS. Je n'ai pas a priori une passion pour les petits rats de l'opéra peints ou sculptés sur toutes les coutures, donc ce peintre (peut-être que je l'avais un peu négligé, donc mal connu)ne figure pas dans mon petit panthéon privé, mais j'avoue que quelques photos des tableaux exposés, avaient su aiguiser le désir. Je n'ai pas été déçu. L'exposition est très intelligemment conçue dans ses différentes parties: "le corps classique, le corps en péril (les guerres)le corps exploité (les maisons closes) le corps ausculté (les bains) le corps exposé (la danse) " Ces corps sont souvent mis à rude épreuve, ce sont rarement des corps alanguis, au repos, mais il y a une étude de la chair, de la "charpente" , du mouvement, assez extraordinaire.degas-nu-L-V2KPLM.jpgqMais naturellement mis en appétit par les quelques salles occupées par cet expo, je ne pouvais quitter les lieux sans frôler la boulimie ! Il faut dire, qu'il est difficile de résister, parce que ce musée est en lui-même un chef d'oeuvre et je crois bien que je vais consacrer deux billets  à son histoire et à ma balade d'aujourd'hui. Avant d'abriter des chefs d'oeuvre du XIXe siècle, cette architecture exceptionnelle construite pour l'exposition de 1900 abrita une gare jusqu'à la fin de la première guerre mondiale, puis on se rendit vite compte que malgré l'emplacement prestigieux - en face du Louvre -  les grandes lignes n'y avaient pas leurs places, puis même les trains de banlieues. Le splendide bâtiment en partie abandonné eut d'abord une fonction sociale en recevant les prisonniers de retour de la guerre ou des camps, puis de dépôt pour l'abbé Pierre et enfin une vocation artistique , accueillant dans les années 70 la compagnie RENAUD-BARRAULT. Enfin classé monument historique, il fut décidé d'en faire un musée dédié à l'art du XIXe siècle, qui fut inauguré en 1986.Voici la gare telle qu'elle était et le musée tel qu'il est aujourd'huiGare-d-Orsay.jpg

Quel que soit le lieu vers lequel on tourne les yeux, tout n'est que "beauté luxe et volupté...des sens"St-Michel-vu-de-dos.jpgVous pouvez voir sur l'image ci-dessus "MON" ange ST MICHEL de dos

Et vous le voyez de plus près et en entier , le même exactement qui

domine la flèche de la "Merveille" au Mont St MIchel !St-Michel.jpgA suivre demain...

Perspective-musee.jpg

Publié dans MES BONHEURS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Andiamo 14/05/2012 10:55


C'est un beau re-gare que tu portes sur ce splendide monument ];-D

lizagrèce 14/05/2012 07:53


J'ai également écouté l'interview de Frédéric Miterrand... Comme d'habitude il n'avait rien à dire ...


Pour Degas je suis comme toi j'aime ce nu que je trouve magnifique mais beaucoup moins les danseuses ... Même si les peindre à cette époque ne devait pas être un sujet si facile


http://maisondeliza.over-blog.fr