ORSAY (suite)

Publié le par Laurence

À peine sortie de l'exposition DEGAS, la tête pleine d'images de corps nus souvent brisés, contorsionnés, tourmentés, contraints. J'ai noté en particulier dans la première salle un petit dessin au crayon représentant un jeune homme - c'est un des rares nus masculins - posant dans une position inconfortable et qui détourne un peu la tête pour masquer sans doute la crispation de ses traits ! Ah ! le métier de modèle ne doit pas être de tout repos, c'est la rançon de la postérité ! Après après avoir feuilleté tous les livres consacrés à Degas et avoir héroïquement resisté pour n'en acheter aucun. Je ne pouvais pas quitter les lieux sans aller faire un tour dans une salle VAN GOGH/ GAUGUIN où leurs oeuvres se font face pour un ultime duel au-delà des querelles arlésiennes. Et je ne sais pourquoi parmi ces oeuvres vues cent fois "L'ARLÉSIENNE" de VAN GOGH justement , a attiréparticulièrement mon regard, et plus que la chevelure aussi noire que sa robe ou le sourire à peine esquissé, c'étaient les gants insolites posés devant elle près de son parapluie et que je n'avais jamais remarqués. Des gants vides, inutiles , incongrus et qui mettent pourtant en valeur la blancheur de la main. Une marque aristocratique exacerbée sous cette lumière trop exubérante, presque obscène... l-arlesienne-portrait-of-madame-ginoux.jpg

gants.jpg

Avant de sortir de la salle je suis passée sous porte  de la MAISON DU JOUIR sculptée par Paul GAUGUIN pour son faré aux MARQUISES ou à TAHITI . Il y recommande aux femmes qui passeront le seuil d'être "MYSTÉRIEUSES, AMOUREUSES pour être HEUREUSES" !...MaisonDuJouirPanneaux_K456.jpg

Dehors, il faisait si beau, un vrai jour de printemps je voulais sortir respirer l'air qui souffle à l'oreille le dicton populaire "Mai, fais ce qu'il te plaît", mais je ne pouvais m'extraire de ce lieu magique. Je suis montée au cinquième étage et avant de rejoindre la galerie des IMPRESSIONNISTES, j'ai photographié l'une des superbes horloges géantes et en me rapprochant entre deux aiguilles j'ai pu voir dans le fond MA colline de Montmartre et le sacré coeur( petit, tout petit, je n'avais pas de zoom). Horloge-2.jpg

Horloge-3.jpg

Et j'ai marché encore et encore devant les Monet, les Manet, les Cézanne, les Renoir et là je suis tombée en arrêt devant le portrait d'une enfant, une pré-adolescente, une Alice au Pays des Merveilles tenant dans les bras un chat abandonné à sa volupté. Elle est d'une beauté bouleversante, presque irréelle. Immortalisée par RENOIR, elle accroche le regard et on ne parvient pas à la lâcher. Je me penche, je lis: JULIE MANET ou l'ENFANT AU CHAT.

Pierre-Auguste-Renoir---Julie-Manet-dit-aussi-L_enfant-au-c.jpgMa curiosité était à son comble, qui était cette Julie Manet ? La fille du peintre ? Qu'est-elle devenue? Je n'avais alors qu'une hâte: rentrer pour satisfaire ma curiosité. Et c'est ainsi que j'ai appris que cette étonnante beauté était la fille unique de  la peintre BERTHE MORIZOT et d'un MANET, frère cadet du peintre . Élevée parmi les peintres, elle servit de modèle à sa mère bien sûr, à son oncle EDOUARD MANET, à RENOIR, quand ses parents moururent alors qu'elle n'était qu'une adolescente, ton tuteur s'appelait : STÉPHANE MALLARMÉ. Elle eût trois garçon avec  Ernest ROUART, fils du peintre HENRI ROUART, elle fût peintre elle-même et consacra sa vie à servir l'oeuvre de sa mère. Elle mourut en 1966. 

Publié dans MES BONHEURS

Commenter cet article

loula 20/05/2012 15:24


superbe d'avoir pu aller à Orsay...... et tu as vu des oeuvres de Manet.... il y a quelque temps j'ai tenté de copier une de ses oeuvres avec de l'argile...Une jeune femme allongée sur une forme
plat et ronde, comme une assiette... elle est nue...
Et Julie Manet est morte en 1966..... cela n'est pas très loin de notre époque;...

Laurence 22/05/2012 21:46



Merci ma Loula pour ton passage ...Oui, c'est une chance d'habiter Paris, c'est que je me dis malgré...tous les inconvénients ! bisous



Jacqueline 17/05/2012 22:46


Quelle femme exceptionnelle par son ascendance et par sa vocation.....il n'y avait pas le MLF mais dieu que les femmes étaient importantes!!


Bises de la frangine ritale!

chantal 14/05/2012 22:15


Merci Michèle pour cette visite et toutes ces précisions.Je préfère nettement "l'enfant au chat" à l'Arlésienne...Quant à Gauguin,à peine macho! Bises.