VICTOR HUGO...

Publié le par Laurence

Tiens, pourquoi délaisser aujourd'hui mes sujets favoris entre théâtre, actualité et politique ? Pourquoi ne pas parler des Césars ou des Oscars à venir ? Pour un petit besoin vital de POÉSIE ! Depuis ma plus tendre enfance on m'a dit et répété le 26 février : "Tu es née le même jour que Victor HUGO" t cette phrase tant de fois entendue a crée une admiration et une fraternité exceptionnelle avec ce "jumeau" de coeur. J'ai aimé ses combats contre la MISÈRE, la PEINE DE MORT, l'iIMPOSTURE de Napoléon III, j'ai aimé ses prises de positions "jusqu'auboutistes", son engagement, ses amours tumultueuses. J'ai aimé, j'AIME son lyrisme boursouflé, débordant, excessif, "pompier" parfois. J'AIME sa folie romantique, j'aime ses ROMANS, son THÉÂTRE, je n'aime pas toujours sa poésie épique, mais j'AIME toujours sa poésie intime et j'adore ses DESSINS. Donc, pour fêter nos anniversaires, je lui permet  POUR SES DEUX CENTS DIX ANS d'offrir à sa cadette de quelques décénnies (mais oui, certains jours de pluie, je vous assure que j'ai CENT ans !) d'offrir donc ce dessin si sombre et ce poème si lumineux, pour faire bonne mesure !ma_destinee.jpg

Elle était déchaussée, elle était décoiffée,
Assise, les pieds nus, parmi les joncs penchants ;
Moi qui passais par là, je crus voir une fée,
Et je lui dis: Veux-tu t'en venir dans les champs ?

Elle me regarda de ce regard suprême
Qui reste à la beauté quand nous en triomphons,
Et je lui dis: Veux-tu, c'est le mois où l'on aime,
Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds ?

Elle essuya ses pieds à l'herbe de la rive ;
Elle me regarda pour la seconde fois,
Et la belle folâtre alors devint pensive.
Oh! comme les oiseaux chantaient au fond des bois !

Comme l'eau caressait doucement le rivage !
Je vis venir à moi, dans les grands roseaux verts,
La belle fille heureuse, effarée et sauvage,
Ses cheveux dans ses yeux, et riant au travers.

 

La fin février lorgne déjà vers le printemps, le cher Victor était toujours prêt à fêter la montée de la sève !

Et pour rester aujourd'hui sur un billet 100% POÉSIE, je voulais y ajouter le poème de Andrée CHÉDID envoyé dès de matin par mes très chers amis DJAOUIDA et LARBI depuis ma ville natale , qu'ils  soient une fois encore remerciés de tout coeur, pour leur tendresse, la chaleur de leur amitié, leur fidélité qui a participé à retisser le cordon qui me relie à tout jamais à cette matrice méditerranéenne.


J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie
*
Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits
*
Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries
*
Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir
*
J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur.
Andrée Chedid


Publié dans HUMEUR DU JOUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 02/03/2012 20:11


Je partage tout à fait ton opinion sur Victor Hugo. j'admire aussi son engagement politique et même si la littérature française doit beaucoup à cet immense écrivain, comme toi, j'émets une
réserve sur sa poésie.

Andiamo 01/03/2012 17:59


Cent ans ? Alors fais comme les Flamandes : danse encore belle Montmartroise.

Laurence 03/03/2012 23:20



Mais...j'y compte bien. D'ailleurs dès hier, j'ai fait la fête jusqu'à 3 heures du matin! Bises



thomas guarino 29/02/2012 08:19


Une vague l'emorta.


Une autre le ramena...


et il la retrouva telle qu'en elle-même, toujours tendre et frondeuse.


L'impression de retrouver une amie qui au gré de ses humeurs vous houspille et vous câline.


Je vous ai écrit car je souhaiterais monter vos pièces en Italie.


En attendant: "avec le temps, j'ai appris la patience du lierre qui s'attache à la pierre".


Tous mes voeux multipliés par les jours de retard.

Laurence 03/03/2012 23:21



Je prends les voeux avec tous les mots gentils qui l'accompagnent dans les différents mails!  Merci.



Fred, le Jongleur de Mots 27/02/2012 09:48


Michèle,


En fait, le mot semble ne pas être accepté mais il l'est. Mystère d'OB !


Encore Happy Birthday.


Bises de nous 3

Laurence 03/03/2012 23:22



OHHHHH les mystères d'OB ! On n'écrira jamais assez là-dessus! Bisous



chantal 26/02/2012 20:38


Ah! Si seulement mon prof de français nous avait fait étudier ce poème plutôt que les poésies épiques qui n'ont jamais été ma tasse de thé non plus...Mais il n'avait pas un air à avoir lui-même
envie de fêter la montée de la sève,ceci explique sans doute cela...


"J'enracine l'espérance dans le terreau du coeur"...belle formule pleine de possibles...


Bisous.

Laurence 26/02/2012 22:39



Mais oui, les deux poèmes sont magnifiques, sur des sujets bien différents ! Bises à toi. ML